Quoi de neuf ?

lundi 23 mars 2020

Continuité pédagogique - S02E02 (+ correction) (+ source)

Hop, un autre petit piège grammatical ! ;o) J'ajoute une sorte de laisse pour relier les auxiliaires et leurs participes passés... Ce qui pourrait s'avérer utile pour identifier les temps, repérer les négations et autres adverbes susceptibles de s'intercaler au milieu, voire les participes passés multiples.


Le fichier pdf avec les QR codes "cliquables".

Et voici la correction :


La correction.

Ici, un lien vers la version modifiable Publisher...

dimanche 22 mars 2020

Continuité pédagogique - S02E01 (+ correction) (+ source)

Et c'est parti pour la deuxième semaine, avec un vilain piège dans l'activité d'analyse grammaticale.


Cliquez sur la miniature pour télécharger le fichier pdf.

Et voici la correction :


Cliquez sur la miniature pour télécharger le fichier pdf.

Ici, un lien vers la version modifiable Publisher...

vendredi 20 mars 2020

Continuité pédagogique - S01E04 (+ correction) (+ source)

Histoire de marquer la fin de semaine, on change quelque peu le contenu, et on récapitule au passage le vocabulaire découvert ces derniers jours.


Cliquez sur la miniature pour télécharger le fichier pdf.

Et voici la correction :


Cliquez sur la miniature pour télécharger le fichier pdf.

Ici, un lien vers la version modifiable Publisher...

jeudi 19 mars 2020

Cuniculture - épisode 1

L'Espace Numérique de Travail (ENT) de notre classe étant en réfection temporaire, j'en profite pour relater ici mes petites aventures personnelles concernant les animaux en classe, dont la dernière est sujette à de nombreux échanges entre mes élèves et moi... Les images qui agrément le texte sont celles prises ces derniers jours et n'illustrent pas le propos correspondant, qui nécessiterait que je me plonge dans des décennies d'archives. Il est possible d'agrandir les photos en cliquant dessus.


En vingt ans de pratique, j'ai presque toujours eu des animaux en classe... Ça a commencé (autre siècle, autre lieu...) par deux sympathiques petits crocodiles à Libreville, au Gabon, qui donnaient une certaine tonalité aventurière au fond de la classe de CE1. Par la suite, de retour en France, avec un CE1-CE2, j'ai acheté une femelle cobaye. Qui s'est reproduite par parthénogenèse quelques semaines plus tard ;o). Coup classique des ventes en animalerie... J'avais tout de même envisagé le coup, voyant ladite bestiole prendre de la masse, et une autre classe était prête à accueillir un des éventuels petits. Au moment d'acter le don du bestiau, fils unique, en conseil, alors que je pensais avoir convaincu tout le monde de la nécessité de le faire, une petite CE1 a retourné l'ensemble de la classe par un larmoyant (trémolos dans la gorge) : "Mais on peut pas séparer un bébé de sa mamaaaaaan !". Unanimité moins ma voix. J'ai donc gardé les deux quelques années.


Il y a eu ensuite des poissons (avec de vraies plantes, puis des imitations en plastique), des hamsters (mauvais plan : ça dort toute la journée, on le met de mauvaise humeur puisqu'on passe son temps à le réveiller, et les élèves, qui ne savent pas le tirer du sommeil avec le dos de la main, se font mordre), d'autres cobayes, des gerbilles, la visite d'un canard, d'un chinchilla et d'un hérisson... Une collègue de maternelle, qui avait offert à son fils un lapin extra-nain (ou plutôt un extra lapin extra-nain) me l'a confié après avoir découvert l'allergie de son fiston. Il s'appelait Noisette (vu qu'il était noir et blanc...) et nous l'avons gardé 4 ans. Une crème, ce lapin : gentil, intelligent, appréciant les caresses. Il n'aimait pas les barreaux et a rapidement compris que nous ne lui en mettrions pas s'il restait dans son grand fond de cage au lieu de se balader partout. Il était convenu avec les élèves qu'on ne devait pas chercher à le caresser quand il était réfugié dans sa maisonnette. Vous le trouverez en photo sur ce site, par une recherche du mot-clé "Noisette" sur le module du blog.


Ensuite, nous avons eu Nuage (petit lapin blanc qui n'est pas resté petit longtemps) puis Cannelle (grosse lapine brune, un peu trop agressive). La reproduction n'a pas donné de petits viables. Quand cette dernière est morte (la fin de vie des animaux de classe, c'est une triste découverte qui casse le moral en arrivant le matin...) j'ai soufflé en imposant aux élèves que toute nouvelle proposition d'achat soit accompagnée d'un engagement nominatif des parents à s'occuper de l'animal, y compris pendant les grandes vacances. Cela a nettement calmé les ardeurs. Deux ans sans animal : le rêve !


Et puis voilà qu'en février dernier, le collègue d'une école voisine me demande si je ne prendrais pas un lapin nain récupéré par son grand-père au fond de son jardin. Après avoir placardé en vain des affiches dans le quartier, il ne se voyait pas le remettre dans la nature (le taux de survie d'un lapin nain en hiver doit y avoisiner les 48 heures). Le collègue ne se sentait pas de le prendre en classe. C'est donc reparti pour un tour et, vendredi 21 février après-midi, veille des vacances scolaires, nous avons donc accueilli Artémis en classe. Artémis qui a bien tenté à deux ou trois reprises de quitter son carton, et qui y est aussitôt retournée en m'entendant prononcer un "Non !" ferme (ce qui a bluffé les élèves présents, qui, globalement, obéissent moins bien que cette lapine). Mes cages précédentes ayant judicieusement été jetées par un sombre crétin un anonyme bienveillant, j'en ai racheté une, pas trop grande pour faciliter les transports.


Au retour des vacances, Artémis a bénéficié des quelques milliers de caresses qui ont nécessité la mise en place d'un système de tour de rôle nominatif dans la classe. Tout comme avec Noisette, une grande zone sans barreaux est à sa disposition, et le fait de la voir se réfugier dans la cage verte signifie qu'elle veut avoir la paix. Le jeudi 12 mars, nous l'avons vue récupérer des fagots de paille et les transporter dans la cage verte. L'ayant depuis presque trois semaines, j'ai envisagé une grossesse nerveuse... Vous l'aurez compris grâce aux photos : Artémis, la déesse vierge de la nature, de la chasse et des accouchements n'était pas si vierge que cela.


Au cours du week-end du premier tour des élections municipales, qui s'est achevé par une fermeture des établissements scolaires, elle a mis bas cinq petits.


En prévision du confinement total, j'ai dû me résoudre à ramener tout ce petit monde chez moi, en croisant les doigts pour qu'un déménagement d'ampleur deux jours après la naissance n'entraîne pas un abandon de la marmaille. Pendant que la France entière faisait des stocks de papier WC, de riz et de pâtes, j'ai prospecté et trouvé puis rempli mon caddie de foin. Les regards lors de mon passage en caisse n'étaient pas toujours faciles à interpréter...


Apparemment, après deux nuitées, tout se passe bien : Artémis, en bonne mère lapine, vit sa vie aussi loin que possible des petits qu'elle a cachés sous les poils qu'elle s'est arrachés. Technique atavique pour éloigner les prédateurs : elle les attire loin du terrier et celui qui viendrait renifler les nouveaux-nés se trouverait avec des centaines de poils fins de lapin dans les narines, ce qui lui ferait passer l'envie de recommencer. Sans compter qu'il fait bien chaud là-dessous. Elle attend la nuit pour les allaiter.


Les deux dernières photos datent de ce jeudi matin. Ils ont a priori 5 jours et commencent à avoir des poils. Je me permets de les déranger une fois chaque matin pour faire vivre leur croissance à distance à mes élèves (et au compte Twitter @classedebruce) et vérifier que tout va bien, en détournant quelques secondes l'attention d'Artémis grâce à un morceau de biscotte. Je ne les touche pas pour ne pas laisser mon odeur sur eux. Ce matin, rien que le fait de les effleurer a entraîné des réactions très vives : persuadés que leur mère venait les allaiter, ils n'étaient que joie. Puis, j'imagine, que déception. Sur l'ENT, nous entamons la recherche de propositions de prénoms...

Comme on dit : "Jusque là, tout va bien". Cela va sans doute devenir plus compliqué au fil des semaines. Confiné avec 6 lapins. Un avant-goût de l'enfer...

Continuité pédagogique - S01E03 (+ correction) (+ source)

Voilà pour le troisième épisode... La fiche de vendredi sera légèrement différente, pour marquer la fin de la première saison semaine. Rappel : il est possible de cliquer sur les codes QR du fichier pdf original pour en activer les liens.


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

Et voici la correction :


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

Ici, un lien vers la version modifiable Publisher... Mais il vous faudra vraisemblablement partir à la chasse aux polices d'écriture...

mardi 17 mars 2020

Carte étymologique n°25 "Virus"

Quitte à ne plus pouvoir sortir de chez soi, autant savoir d'où cela vient...


Cliquez sur la miniature pour accéder à la carte.

Les 24 cartes précédentes sont disponibles dans la section "étymologie".

lundi 16 mars 2020

Continuité pédagogique - S01E02 (+ correction) (+ source)

Voilà pour le deuxième jour... La prochaine fiche sera, en toute logique, datée de jeudi.


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

Et voici la correction :


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

Voici un lien vers la version modifiable Publisher... Mais il vous faudra vraisemblablement partir à la chasse aux polices d'écriture...

Continuité pédagogique - S01E01 correction

Et voici le corrigé.


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

dimanche 15 mars 2020

Continuité pédagogique - S01E01

Les élèves ont eu, in extremis, un accès en ligne à un ENT. Ceci me permettra de leur communiquer chaque jour une fiche d'activités multidisciplinaires, dont voici la première ; les corrections seront publiées le lendemain. Les codes QR du fichier pdf sont des liens "cliquables".


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

jeudi 12 mars 2020

"Radioactive" de Marjane Satrapi

Conseil santé du jour : si vous mettez la main sur une belle petite fiole verte qui brille dans l'obscurité, évitez de dormir avec...


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

"Une sirène à Paris" de Mathias Malzieu

Un film qui rappelle le travail de Jean-Pierre Jeunet, mais qui s'essouffle peu à peu.


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

lundi 9 mars 2020

"Un fils" de Mehdi M. Barsaoui

Un film poignant qui nous emmène là où l'on n'a pas envie d'aller.


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

"La Communion" de Jan Kosama

Rares sont les films polonais qui sortent en France. Celui-ci est original et marquant (attention : clairement interdit aux moins de 12 ans, et un peu au delà cela ne serait pas plus mal).


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

"La Bonne Épouse" de Martin Provost

Le 8 mars, une date de choix pour voir un film sur l'émancipation des futures bonnes ménagères...


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

dimanche 8 mars 2020

"Woman" d'Anastasia Mikova et de Yann Arthus-Bertrand

Un film saisissant sur la condition féminine au XXIe siècle.


Cliquez sur la miniature pour l'agrandir.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 >